FR

 

 

Marie-Claire Messouma MANLANBIEN

Elle est née en 1990 à Paris où elle vit et travaille aujourd’hui. Elle a intégré l’École Nationale Supérieure d’art de Paris Cergy.

Marie-Claire Messouma Manlanbien a fait du mélange des cultures, du syncrétisme, le cœur de son travail. Elle place ainsi ses œuvres sous le signe du dialogue et de la réunion, rassemblant des éléments épars, aux origines diverses. Cette confrontation entre des cultures traditionnelles et une culture populaire mondialisée née dans nos pays occidentaux, questionne nos modèles et nos systèmes de valeurs. Une démarche qui se fait encore plus percutante lorsqu’elle touche à l’univers de l’enfance. Premiers outils d’apprentissage, les jeux et jouets transmettent à l’enfant un ensemble de valeurs et de codes sociaux. Poupées syncrétiques, s’empare de nos héros de comics préférés. Bien qu’ils soient aujourd’hui largement popularisés, ces personnages sont à l’origine étroitement liés à la culture et à l’identité des États-Unis. Leur diffusion à l’échelle mondiale a fait d’eux des modèles puissants, qui ont marqué durablement les imaginaires. Mais qui des autres cultures, des autres héros ? Aussi, Messouma s’empare des personnages et entreprend de les “créoliser”, s’inspirant pour cela des poupées qu’elle avait l’habitude de faire étant petite avec les matériaux qu’elle avait sous la main : toile de jute, corde, cauris. Supergirl Synchrétique entend pousser ce processus plus loin encore, en s’attaquant directement au costume et donc à l’identité même du super-héros, faisant véritablement de lui un héros métisse et pluriculturel. L’œuvre s’accompagne d’une vidéo d’activation, “Assez de Lamentos”. Sur un fond de percussions qui résonne comme un chant guerrier, l’artiste scande des paroles invitant le spectateur à arrêter de se lamenter. Elle-même revêt son costume comme elle revêtirait une armure, se préparant un peu comme une guerrière. De fait, l’œuvre renvoie aussi à toute une symbolique du masque et du costume : l’individu, l’enfant, qui le revêt incarne soudainement le personnage et en possède donc les pouvoirs.

Annaëlle Lecry - art critic

( Translation in English by Me ) : 

Born in 1990 in Paris, where she lives and works today, Marie-Claire Manlanien Messouma attended the Ecole Nationale Supérieure d’art de Paris Cergy.

The cultural melting pot and syncretism are at the center of her work. She places her artworks under the sign of dialogue and meetings, joining together some scattered elements from miscellaneous origins. This confrontation between traditional cultures and a globalized popular culture born in our western countries questions our standards and our value systems. An approach that becomes striking when she talk about the word of childhood.

As their first learning tools, games and toys convey children a set of values and social codes. Syncretic dolls takes possession of our favorite comic book heroes. Despite being widely popularized today, these characters are originally closely linked to the culture and the identity of the United States. Their worldwide diffusion has made of them some powerful idols, which have left a long-term mark in collective memory. But what about the other cultures and their other heroes? Missoula takes these characters and starts « creolizing » them, inspired by the dolls she used to create with the materials she found around her when she was young: jute cloth, rope, cowrie shells. Syncretic Supergirl pushes this process further by directly attacking the costume and so the super-hero’s own identity, turning her into a true mixed-blood and cross-cultural hero. The artwork is shown with a video to be activated, “Assez de Lamentos”. On a drums music background that sounds like a war song, the artist chants some lyrics inviting the viewer to stop moaning. She dons her costume as she would wear an armor, getting ready like a warrior.

Actually the artwork also refers to the symbolic dimension of masks and costumes : the person or the child who wears it immediately embodies the character and is therefore endowed with its powers. 

In this way, Messouma uses games, toys, icons that have left their mark on our childhood to convey a strong message of union and equality between cultures and genders. 

Translation by Sarah Mercadante - Art Curator - Commissaires d’exposition 

All Rights reserved  © 2010 by Manlanbien Marie-claire  Messouma      /    ADAGP    /    INPI

  • Instagram - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Facebook - Black Circle
  • Vimeo - Black Circle